samedi, 19 août 2017
Accueil

Menu principal

cyber.jpg
 
Bienvenu(e) sur le siteweb de l'Association Tin Tua
13ème édition des prix Galian : Un journaliste de Laabaali récompensé Version imprimable Suggérer par mail

yonli-galian.jpgLe 14 mai 2010, lors de la 13ème édition des prix Galian, Yonli Diahyandi Emmanuel du journal Laabaali a reçu une récompense pour son article en gulmancema « La traite et les pires formes de travail des enfants : quel bilan dans le Goulmou ? ».

Depuis 13 ans, les prix Galian récompensent les meilleures productions journalistiques de la presse écrite, de la radio et de la télévision dans différentes catégories. Si à l’origine les œuvres en langues nationales étaient exclues de la compétition, des prix leur sont décernés depuis la 12ème édition. Ainsi, en 2009, Daniel Lankoandé du journal Laabaali (journal qui avait lui-même était récompensé en 2002) a reçu un prix pour son reportage sur un voyage d’échange entre jeunes de l’association Tin Tua d’une part et des associations BC ONG, OADELE ET ADETOP du Bénin et du Togo d’autre part.

Selon la direction du développement des médias, 236 candidatures ont été déposées pour la 13ème édition dont 36 pour des œuvres en langues nationales (mooré, dioula, fulfuldé et gulmancema) parmi lesquelles celle de Yonli Diahyandi Emmanuel.

Lors de la soirée de remise des prix, 6 productions journalistiques en langue nationale ont été récompensées dont celle du journaliste de Laabaali « La traite et les pires formes de travail des enfants : quel bilan dans le Goulmou ? ».
Il y explique que le phénomène du travail des enfants est particulièrement présent dans la région de l’Est en raison de la fertilité des terres qui amène les cultivateurs à choisir comme main d’œuvre les enfants. Malgré la mise en place de plusieurs outils de lutte contre le phénomène (Tin Tua a par exemple créé en 2007 en association avec IPEC/LUTRENA des Comités de lutte et de vigilance), le fléau persiste. Le journaliste appelle alors l’Etat à construire plus de centres d’accueil pour les enfants interceptés mais également à proposer plus de moyens pour leur apprentissage. 

Télécharger l'article en français 

 

 

 
< Précédent   Suivant >