lundi, 25 mars 2019
Accueil arrow Blog

Menu principal

cyber.jpg
 
Bienvenu(e) sur le siteweb de l'Association Tin Tua
Affichage type blog de toutes les sections sans images
PNPTM Version imprimable Suggérer par mail
Programme National Plates Formes Multifonctionnelles pour la Lutte Contre la Pauvreté (PN-PTFM/LCP)

1)       Dénomination/ Historique

L'ONG Tin Tua est l'Agence Locale de Réalisation (ALR) du Programme National Plates Formes Multifonctionnelles pour la Lutte Contre la Pauvreté (PN-PTFM/LCP) pour les régions administratives de l'Est et du Centre-Est du Burkina Faso. Le PN-PTFM/LCP découle de la vision nationale d'Accès aux Services Energétiques (ASE) qui se fonde sur deux axes majeurs que sont : i) la vision ASE de la PTFM (Plates Formes Multifonctionnelles) comme support à l'accélération de l'atteinte des objectifs du CLSP/SCADD et des OMD; ii) L'ASE de la PTFM comme un levier de la stratégie de développement de l'électrification rurale.

La phase pilote du PN-PTFM/LCP a été initié par le gouvernement du Burkina Faso et le PNUD en juin 2000 dans la région de l'Est. Dans la mise en œuvre des PTFM pilotes, le projet PNUD (PAICB/LCP : Programme d'Appui aux Initiatives Communautaires de Base/ Lutte Contre la Pauvreté) qui avait en charge cette expérience a identifié Tin Tua pour l'accompagner dans la formation et le suivi des PTFM à installer et surtout à perpétuer la démarche PTFM dans la région. C'est ainsi qu'à la fermeture du PAICB/LCP, Tin Tua a bénéficié d'un appui direct du PNUD en août 2003 pour poursuivre les activités PTFM et surtout d'en installer de nouvelles entreprises.

Le bilan de cette phase pilote a été jugé pertinent et a permis à l'Etat Burkinabé d'initier la 1ère phase du PN-PTFM/LCP de 400 PTFM pour la période 2005 à 2009 avec l'approche Tin Tua comme mode opératoire sur l'ensemble du territoire.

A la suite de la 1ère phase, une 2ème phase du PN-PTFM/LCP s'exécute de 2010 à 2015 avec pour objectif l'installation de 1 300 nouvelles PTFM dans tout le pays et la rénovation des anciennes PTFM de la 1ère phase. 

2)      Les objectifs du PN-PTFM/LCP

L'objectif général est de consolider et d'élargir l'accès à des services énergétiques de base décentralisés et abordables, fournis par la PTFM aux services sociaux de base et aux populations rurales, notamment les couches féminines afin d'accroitre leurs revenus et conditions de vie.

3)      Les résultats attendus

Au niveau de la région de l'Est du Burkina Faso, les résultats attendus au cours de cette 2ème phase est l'installation de 155 nouvelles PTFM et la rénovation des anciennes PTFM de la 1ère phase.

Au niveau de la région du Centre-Est, 145 PTFM vont être installées durant cette 2ème phase du PN-PTFM/LCP

4)      Durée

La 2ème phase du PN-PTFM/LCP est prévue pour 5 ans de 2010 à 2015

 

5)      Zone d'intervention/Procédures d'acquisitions/Bénéficiaires

La 2ème phase du PN-PTFM/LCP couvre l'ensemble des 13 régions du Burkina Faso. En ce qui concerne l'ALR Tin Tua, sa zone d'intervention est limitée dans les régions de l'Est et du Centre-Est.

 

Deux procédures d'éligibilité aux investissements prévus dans la mise en œuvre du programme:

Ø  L'éligibilité directe à la PTFM standard essentiellement réservée aux groupements féminins et aux opérateurs privés.

 

La gestion communautaire : La gestion de la PTFM est confiée exclusivement aux femmes afin d'assurer leur promotion économique et sociale en milieu rural et les effets multiplicateurs -directs et induits- de celle-ci sur la famille, la colline, la commune et la province. Avec la gestion communautaire, les femmes sont propriétaires, gestionnaires, opératrices non seulement des équipements de transformation, mais aussi d'une infrastructure d'énergie. Les hommes deviennent les clients des femmes pour l'achat de l'énergie. Ainsi les femmes ont potentiellement plus de contrôle sur la substitution de leur énergie et de leur temps par l'énergie mécanique et électrique. Ce mode de gestion pourrait suivre le schéma suivant : 

Procédure d'acquisition par les Groupements féminins Villageois (GVF)


Procedure_acqu_gfv.jpg


















La gestion privée : La gestion de la PTFM est confiée exclusivement à un individu tout seul qui peut être une femme ou un homme. Ce mode de gestion pourrait suivre le schéma suivant : 

                        Schéma : Procédure d'acquisition par le privé

Procedure_acqu_prive.jpg

















Les principaux bénéficiaires du programme sont répartis comme suit :

  • Les femmes rurales à travers : (i)  Les groupements gestionnaires CFG (ii) Les clientes directes / ménages ruraux
  • Les opérateurs : (i) Les artisans installeurs et fabricants (ii) Artisans soudeurs (iii) Chargeurs de batterie (iv) Commerçants (v) Promoteurs potentiels
  • Les usagers des PTFM : (i) Les infrastructures sociales : (ii) Les clients des artisans (iii) ménages ruraux
  • Les organisations de la société civile et bureaux d'études :(i) ONG, (ii) associations (iii) consultants (iv) opérateurs en alphabétisation
  • Les institutions et programmes partenaires : (i) collectivités locales (iii) structures d'appui conseil des entreprises, (iv) institutions micro finance (v) centres de formation professionnelle (vi) instituts de recherche développement (vii) programmes et projets sectoriels. 
 

6)      Les sources de financement

Le PN-PTFM/LCP bénéficie de plusieurs sources de financements que sont : l'Etat du Burkina Faso, la coopération Luxembourgeoise, le PNUD (Fondation Bill and Melinda Gates) et les communautés bénéficiaires

7)      Les acquis de Tin Tua dans les PTFM

Pour la 1ère phase du PN-PTFM/LCP

-          44 PTFM ont été installées dans la région du Centre-Est dont 04 avec micro réseau électrique et un avec micro réseau d'eau et électrique ;

 

-          171 PTFM ont été installées dans la région de l'Est dont 03 avec micro réseau d'eau et 03 avec micro réseau électrique ;

Pour la 2ème phase du PN-PTFM/LCP

-          34 PTFM ont été installées dans la région du Centre-Est ;

-          82 PTFM ont été installées dans la région de l'Est

 

 
Programme de Renforcement de la Sécurité Nutritionnelle Maternelle et infantile Version imprimable Suggérer par mail

Programme de Renforcement de la Sécurité Nutritionnelle Maternelle et infantile

Période de mise en œuvre : Juin 2012-Août 2013

Zone d’intervention : Province de la Kompienga, aire du district sanitaire de Pama

Financement : Agence Française de Développement (AFD)

Partenaire : Action Contre la Faim (ACF)

L’objectif global de ce programme est de contribuer à l’amélioration de la situation nutritionnelle des mères et des enfants dans la Province de la Kompienga (District sanitaire de Pama – Région de l’Est) Burkina Faso.

Il s’agit spécifiquement de :

1.      Réduire la vulnérabilité nutritionnelle structurelle des populations les plus exposées à la malnutrition aiguë (enfants de moins de 5 ans et femmes enceintes et allaitantes) dans la province de la Kompienga (District sanitaire de Pama) par un renforcement des capacités des institutions, des organisations, des communautés et des individus

2.      Identifier (surveillance), prévenir les pics de vulnérabilité nutritionnelle (activités productives) et améliorer la résilience des populations à ces pics (appui à la prise en charge) 

3.      Participer au développement et à la mise en œuvre d’un programme de plaidoyer régional en faveur de la sécurité nutritionnelle basé sur la promotion des expériences positives conduites localement

Le programme vise à obtenir les résultats suivants:

-        Les capacités des agents du  district sanitaire de Pama sont renforcées et le protocole national de prise en charge de la malnutrition est mis en œuvre ;

-        Les capacités communautaires et individuelles pour prévenir la malnutrition sont améliorées ;

-        Les systèmes de surveillance nutritionnelle locaux sont renforcés ;

-        Des activités productives permettent d’atténuer les pics saisonniers de malnutrition ;

-        Les capacités de prise en charge de la Malnutrition Aigüe Sévère à travers des approches communautaires sont améliorées ;

-        Les enseignements tirés des activités conduites contribuent à des actions de plaidoyer au niveau national et régional promouvant les bonnes pratiques locales.

Méthode/ stratégie

C’est un programme qui vise au renforcement des capacités des acteurs locaux. Dès lors l’intervention se fait en mode intégré (pas de substitution) avec les structures techniques de l’Etat. Il s’agit de travailler avec les structures existantes (de l’Etat, des collectivités, des communautés). En début il a été conduit au préalable une étude NCA « Analyse des Causes de la Malnutrition » et identifié par zone les activités de prévention pertinentes à mettre en œuvre. Les activités mises en œuvre s’articulent autour de :

-        la mobilisation et sensibilisation de la population sur la nutrition, la diversification de l’alimentation et les pratiques d’hygiène. Ce qui se traduit par des théâtres fora, des causeries éducatives, des projections vidéo-débats, des chansons, des animations grand public, des jeux concours…..) ;

-        Mobilisation–formation-suivi des groupes de leaders d’opinion, des Tradipraticiens de santé, des grand mères et des chefs de ménages, des représentants de la communauté sur les thématiques de la malnutrition et des pratiques de soin ;

-        Suivi rapproché de couples mères-enfants à risque de malnutrition en partenariat avec les acteurs communautaires (ASBC) ;

-        Sensibilisation des communautés et formations à la problématique du genre pour une prise de conscience sur les besoins spécifiques des femmes et jeune filles ;

-        Contribution à la surveillance nutritionnelle à travers un appui aux CSPS et au district sanitaire dans la gestion et le suivi des activités de dépistage communautaire et de référencement des enfants malnutris ;

-        Réalisation d’enquêtes SMART  et d’enquêtes de couverture (SQUEAC) à l’échelle de la Province ;

-        Identification des ménages les plus vulnérables avec les critères économiques (HEA) ;

-        Soutien par une assistance alimentaire ponctuelle des ménages et des enfants très vulnérables à la malnutrition (6 à 24 mois) pour atténuer les chocs saisonniers et conjoncturels par la distribution de vivres sous forme de vouchers et de cash et aussi de farine infantile enrichie ;

-        Appui à des groupements pour le développement d’activités productives visant la sécurité nutritionnelle des ménages et des personnes vulnérables. Mise en place de jardins de la santé avec des groupes de femmes et d’activités de warrantage avec des groupes de producteurs afin de prévenir l’insécurité alimentaire chronique des ménages et de mitiger l’impact des périodes de soudure sur la MAS ; Appui à des groupements féminins pour la production locale et la commercialisation de farines infantiles ;

-        Construction des actions de plaidoyer pour la prise en compte des problèmes de nutrition.

 

 
Humanitaire Version imprimable Suggérer par mail
HUMANITAIRE

Le début des interventions humanitaires à Tin Tua remonte aux années 90. Entre 1990 et 2000 Tin Tua a conduit plusieurs opérations d’aide alimentaire d’urgence. Les Diéma ont été les chevilles ouvrières de ces différentes opérations et en ont tiré plusieurs avantages : une plus grande visibilité et une perception du Diéma comme une structure du milieu, sensible aux problèmes du milieu. L’impartialité dans les opérations de dons aux ménages les plus pauvres et dans les ventes à prix subventionnés a contribué à conférer une bonne réputation à Tin Tua. Dès lors, elle est contactée par des organismes Onusiens notamment l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ou des ONG internationales (CRS) pour répondre à des situations de crises dans sa zone d’intervention. C’est ainsi que Tin Tua est intervenue suite aux inondations des 21 et 22 Juillet 2011 dans la province de la Gnagna, la sécheresse de 2012 dans région de l’Est et les inondations des 15 au 19 Août 2013 à Matiacoali. En 25 ans d’intervention, l’expérience de Tin Tua va de la gestion de l’urgence à la résilience en passant par la réhabilitation. En effet, ses équipes ont organisé des opérations de distribution d’articles alimentaires et d’articles non alimentaires.

Tin Tua a également aidé à la reconstruction de logements plus résistants avec fondations améliorées suite à des inondations qui ont entrainé des effondrements d’habitats. Elle a aussi travaillé à la reconstitution du capital productif ébranlé par des catastrophes par le développement d’activités de maraichage, d’élevage.
 
Caisses d'épargnes et de Crédits Todiyaba Version imprimable Suggérer par mail
 
Energies Renouvelables Version imprimable Suggérer par mail

Energie renouvelable et changement climatique

En 2004, Tin Tua a initié un projet d’énergie renouvelable avec le soutien d’ESF (Electricien Sans Frontière) pour les Diema qui sont éloignés du réseau électrique. Ce projet est dénommé  « Une nouvelle énergie pour l'alphabétisation dans la région du Gulmu ». Le projet vise à faire une installation en utilisant le système photovoltaïque pour l’éclairage des salles de formation et des bureaux administratifs des Diema. Le but est aussi d’accroitre le taux de réussite des apprenants aux examens dans les Diema. Permettre aussi à la population d’avoir un point de charge de leur téléphone portable. Ce projet a permis à Tin Tua de mettre en place une équipe qui s’occupe des questions d’énergie renouvelable. Cela permettra de garantir l’accès à l’énergie électrique en milieu isolé de la région de l’Est.

Cette énergie participera de façon décisive aux moyens engagés pour lutter contre toutes formes de pauvreté et la préservation de l’environnement de la région du Gulmu.

Le système photovoltaïque a connu un développement important au sein de Tin Tua depuis 2006. Plusieurs réalisations ont vu le jour dans le domaine de l’électrification rurale grâce au système photovoltaïque individuel, collectif et aussi dans le domaine de l’approvisionnement en eau potable.

Deux techniciens de Tin Tua ont été formés par une équipe d’Electriciens Sans Frontières (ESF) en dimensionnement, à l'installation et à la maintenance de l'équipement solaire, pour la vulgarisation de l’énergie renouvelable dans le Gulmu.

Nos activités

-      Dimensionnement (pompage, éclairage),

-      Optimisation,

-      Installation (Pompage, éclairage),

-      Maintenance,

-      Réparation/entretien,

-      Formation/conseil,

-      Elaboration de manuel de formation/utilisation des bénéficiaires,

Nos réalisations

En 2009, les  techniciens de Tin Tua ont été associés à une mission d’expertise d’EDF dans le Parc W, pour préparer les conditions de pérennisation des installations existantes dans le Parc W. Ces techniciens ont apporté leur appui durant l’ensemble de la mission sur le diagnostic et les interventions immédiates en vue de la réhabilitation des installations.

Tin Tua en partenariat avec EDF et ESF a fait une importance réalisation dans le Parc W et dans la commune de Tibiri au Niger. La réhabilitation et maintenance des anciennes installations (Pompage et éclairage) dans le Parc W, réalisation des nouvelles installations (pompage, éclairage) dans la commune de Tibiri au Niger.

L’ énergie renouvelable au cœur du développement !
 
Service Informatique Version imprimable Suggérer par mail
Créé au début des années 2000, le Service Informatique avait pour principale mission le renforcement de capacité des agents de Tin Tua en TIC, la conception et l'administration de son réseau informatique. En 2003, la première version du site web de Tin Tua a vu le jour. Les besoins évoluant et conscient des énormes possibilités qu'offrent les TIC, le service informatique malgré la fracture numérique dans laquelle se trouve la région de l'EST a décidé d'étendre ses services vers les populations de la région. C'est ainsi que le Service Informatique s'est étoffé et a diversifé et étendu ses compétences à :

-        la conception et administration de réseaux ;

-        la conception et gestion de logiciels ;

-        la conception et gestion de base de données ;

-        la conception et administration de site web ;

-        l'entretien et maintenances des ordinateurs ;

-        la formation en informatique ;

-        la sécurité informatique.

Le service informatique de Tin Tua entretien et gère aujourd'hui un parc informatique de plus de 150 ordinateurs à travers toute la région de l'Est et y fait la promotion d'un environnement lettré et des TIC par le biais entre autres de ses trois(3) cyber-jeunes situés dans la province de la Gnagna, du Gourma et de la Tapoa. Le Service Informatique intervient principalement dans la région de l'EST mais offre également son expertise dans tout le Burkina Faso. Des milliers de personnes de tout âge et de tout horizon ont déjà bénéficiés de nos services.

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 71 - 80 sur 125