mercredi, 26 juillet 2017
Accueil arrow Historique

Menu principal

cyber.jpg
 
Bienvenu(e) sur le siteweb de l'Association Tin Tua
Historique Version imprimable Suggérer par mail

DU  PAG  A  L’ATT  OU  LE  PASSAGE 
D’UNE  ALPHABETISATION CULTURELLE 
  A  UNE 
ALPHABETISATION  DE  DEVELOPPEMENT

( par Monsieur Bendi Benoît OUOBA )

 

LES PRINCIPALES ETAPES

 

1973 :

 Création de la sous-commission du Gulmancema dont les attributions sont :

  • Etude de la langue gulmancé;
  • Enseignement de cette langue;
  • Collecte et transcription de la tradition orale.

 

 1976 :

Publication des premières règles de transcription du gulmancema après l’adoption de l’alphabet pour la transcription des langues voltaïques en s’inspirant de l’alphabet africain de référence.

 

1979 : 

Soutenance d’une thèse de doctorat de 3è cycle sur les tons du gulmancema  par Annie RIALLAND à l’Université de Paris III.

 

1982 :

Soutenance d’une thèse de doctorat de 3è cycle intitulé : ‘’Description systématique du gulmancema : phonologie, lexicologie, syntaxe par Monsieur B.B. OUOBA à Paris III.

 

1984 :

Dans le cadre de la préparation du démarrage des activités du Programme d’Alphabétisation au Gulmu (P.A.G.) les activités suivantes ont été programmées et menées :

  • Enquête dialectologique du gulmancema dans tout le gulmu (pays gulmancé)en vue de déterminer le dialecte de référence pour la rédaction des textes afin qu’ils soient compris par tous les locuteurs de la langue;
  • Collecte au cours de cette enquête de soixante – six (66) textes de 4 à 10 pages chacun, en vue de constituer une banque de textes pour la rédaction des documents de post;
  • alphabétisation de la campagne d’alphabétisation qui allait démarrer en 1986.

1985 :

Rédaction, discussion et adoption du code orthographique du gulmancema. Signature d’un arrêté ministériel fixant le code orthographique du gulmancema  dont l’application  devait être effective à partir de 1989.

 

 1986 :

Démarrage de l’activité d’alphabétisation dans le cadre du P.A.G. avec l’ouverture de soixante-six (66) centres dans les trois (03) provinces : Gourma, Gnagna, Tapoa sous l’égide de la Sous-commission nationale du gulmancema.

Décision des responsables du P.A.G. de respecter une progression de quarante (40) centres nouveaux par an.

1988 : 

Début de parution du journal rural : Laabaali dont l’objet est  d’informer, de former et de divertir  les lecteurs. Ce journal paraît régulièrement depuis ce temps et est le seul journal en langue nationale à avoir pu tenir tout ce temps.

 

1989 : 

Création de l’Association Tin Tua.

Les formés des centres d’alphabétisation qui devaient être systématiquement récupérés par les services techniques pour des formations spécifiques au fur et à mesure, ne l’ont pas été parce qu’en 1986, a démarré une grande campagne nationale d’alphabétisation appelée ‘’Opération Commando d’alphabétisation de 30.000 producteurs » qui a duré deux ans (1986 et 1987). L’alpha Commando a été suivie de « l’Alpha Bantaaré » (1988 et 1989). Ces deux campagnes avaient formé un grand nombre de néo-alphabétisés au point que les services techniques qui avaient contribué à leur formation initiale, étaient pratiquement ‘’débordés’’ et n’avaient pas pu s’occuper des alphabétisés du PAG qui se sont retournés vers les membres de la sous-commission.

 

Les activités de post – alphabétisation qui nécessitaient la diversification des actions à mener, la nature de certaines des ces activités ‘’génératrices de revenus’’, les rendaient incompatibles avec les statuts de la sous-commission du gulmancema association à caractère essentiellement culturel. A cette époque il n’existait aucune ONG dans la région pour prendre le relais de la Sous-commission. C’est ainsi que des paysans alphabétisés, des alphabétiseurs, des superviseurs, des membres de la sous-commission du gulmancema, des enseignants et des étudiants de l’Université de Ouagadougou, se sont retrouvés en août 1989 à Diapangou pour créer l’Association Tin Tua.

TIN TUA en gulmancema signifie ''Développons-nous''


La première conséquence de la création de l’ATT a été de revoir le contenu de l’alphabétisation pour le rendre plus fonctionnel.

C’est ainsi que l’enseignement de la gestion des unités économiques villageoises (moulin, banques de céréales, pharmacies et boutiques villageoises) et les formations techniques spécifiques furent progressivement introduits en deuxième année d’alphabétisation.

La deuxième conséquence est que l’ATT dès sa création ayant opté pour être une organisation de paysans devait prendre les dispositions qui permettraient à ceux-ci de pouvoir assurer toutes leurs responsabilités au  sein de l’Association.

C’est pour ce fai re qu’une méthode d’apprentissage du français, s’appuyant sur les acquis de l’alphabétisation en langue nationale a été conçue, élaborée et expérimentée en 1992 et 1996.

A partir de 1990, un programme triennal de développement de l’ATT centré sur le développement quantitatif et qualitatif de l’alphabétisation au sein du PAG qui devient un projet de l’ATT et le démarrage de plusieurs activités économiques d’application des acquis de l’alphabétisation : la gestion financière des unités économiques, la formation de plus en plus poussée et diversifiée des formateurs et la formation des néo-alphabétisés sélectionnés par des tests aux différentes techniques de rédaction.

En 1993, année transitoire, l’évaluation de l’ensemble des activités de Tin Tua a révélé l’efficacité et l’efficience de la stratégie du PAG : plus de 12.000 personnes alphabétisées. Post-alphabétisation constituée par plusieurs activités. 61% des alphabétisés interrogés ont manifesté le désir d’apprendre le français.

Une formation complémentaire qui a permis à une quarantaine de membre âgés de 18 à 40 ans de passer de l’alphabétisation en gulmancema au français tout en approfondissant leurs connaissances en langues nationales à travers des enseignements et des formations portant sur la santé, l’agriculture, l’environnement, l’histoire, l’éducation civique et les droits de l’homme.

A la suite de cette évaluation, un certain nombre de recommandations des différentes composantes de l’ATT et des évaluateurs nous ont conduit à organiser une enquête approfondie pour une meilleure connaissance des groupements se réclamant de Tin Tua et de leurs activités. Une assemblée générale regroupant les délégués de tous les groupements s’est tenue les 2 et 3 septembre 1993 pour examiner, discuter et adopter les grandes lignes du plan d’action préparé à partir des résultats de l’auto-évaluation assistée et de l’enquête faite auprès de tous les groupements Tin Tua